Vous trouverez ici une présentation des nouveaux livres acquis par la bibliothèque de Domazan en avril 2011 ; ces nouveautés sortent rapidement et ne restent que trés rarement disponibles aussi vous pouvez les réserver en utilisant le formulaire prévu à cet effet.

Remède mortel – Harlan COBEN

Une clinique new-yorkaise hautement sécurisée. Un médecin qui se suicide. Des patients sauvagement assassinés. Coïncidences ? Complot ? Et si l'annonce prochaine d'une extraordinaire découverte médicale avait déclenché cette vague meurtrière ? Sara Lowell, jeune journaliste très en vue, mène l'enquête. Mais ses révélations pourraient bien faire d'elle la prochaine victime d'un mystérieux serial killer...

Guerre des lobbies pharmaceutiques, machination politique, pression des médias, mensonges... Au coeur d'un débat toujours aussi brûlant, un thriller angoissant et terriblement réaliste par celui qui allait devenir le maître de vos nuits blanches.

Attaque en haute mer – Wilbur SMITH

Hazel Bannock est à la tête d'un empire pétrolier. Alors que son yacht se trouve dans l'océan Indien, il est détourné par des pirates somaliens qui massacrent une partie de l'équipage. Hazel n'était pas à bord, contrairement à sa fille de dix-neuf ans, Cayla, qui est prise en otage. Une rançon faramineuse est demandée en échange de sa libération. Pour appuyer leur propos, les ravisseurs font parvenir à Hazel des vidéos montrant les tortures que subit Cayla au quotidien.

Désespérée, Hazel comprend qu'elle ne pourra pas compter sur la diplomatie pour sauver sa fille. Elle décide de faire appel à Hector Cross, ancien membre des forces spéciales britanniques. Ensemble, ils vont mettre au point une opération commando pour libérer Cayla, dont la vie ne tient plus qu'à un fil...

Avec ce thriller au suspense implacable, inscrit dans un contexte géopolitique très actuel, le maître du roman d'aventures n'a pas fini de nous surprendre. Une lecture pour les amateurs d'adrénaline.

Un vent de paradis – Michel PEYRAMAURE

Peire Jouvenel n'a laissé aucune trace dans les livres d'histoire, et pour cause. Cet homme truculent, au verbe haut et à l'épée virevoltante, sort en effet tout droit de l'imagination fertile de Michel Peyramaure. A travers ce personnage, c'est à toute la confrérie des troubadours que l'auteur du Bal des célibataires rend un vibrant hommage. A ses côtés, de château en cour seigneuriale, nous caracolons sur les chemins des provinces méridionales de la France médiévale et assistons, en tant que témoins privilégiés, à l'invention de l'amour courtois.

Homme complexe, à la fois instinctif et velléitaire, contemplatif et énergique, tiraillé entre son épouse la sage Hélène - et sa maîtresse - la fougueuse Jordane -, Peire Jouvenel n'a de cesse de chanter ces deux sources d'inspiration que sont les femmes et la nature. Son talent de poète le conduit bientôt à faire la connaissance de quelques-uns parmi les plus beaux esprits de son temps. Ainsi croise-t-il la route de troubadours célèbres, tels que Bertrand de Ventadour, Jaufré Rudel ou Gaucelm Faydit, à qui il donne la réplique, en vers ciselés, au cours de joutes verbales éblouissantes.
A bientôt quatre-vingt-dix ans, la plume de Michel Peyramaure n'a jamais paru aussi alerte. Son évocation de la renaissance intellectuelle et artistique du XIIe siècle, à travers la figure lumineuse d'un troubadour imaginaire, sera l'occasion pour certains de découvrir, pour d'autres de revisiter cette part souvent méconnue, mais d'une valeur inestimable, de notre patrimoine national.

Divorce à la chinoise – Frédéric LENORMAND

Décidément, rien ne sera épargné à l'honorable juge Ti ! Parvenu à un poste important, notre mandarin se voit sommé de divorcer de sa chère madame Première et d'épouser une princesse de la famille impériale. Chassée du foyer conjugal, dame Lin trouve refuge dans un théâtre où on l'emploie dans les rôles... d'épouses de magistrats ! C'est plus qu'il n'en faut pour contrarier notre bon juge, déjà très préoccupé par une série de meurtres de jeunes femmes. Au cours de cette nouvelle aventure, il devra affronter un tueur à gages au front tatoué, supporter une nouvelle compagne fervente adepte du feng shui, espionner des alchimistes aux pratiques mystérieuses, assister à des représentations théâtrales où on le raille, et préserver sa famille des manigances de l'impitoyable impératrice Wu. Une fois encore, on ne s'ennuie pas sous les Tang !

Insurrection – Robyn YOUNG

Les maîtres d'Écosse (Tome 1)

Le roi Alexandre III est assassiné et laisse le trône d'Écosse sans héritier. Aussitôt, deux familles de la noblesse écossaise rivalisent pour sa succession, et mènent le pays au bord de la guerre fratricide. Ce que ces prétendants au trône ignorent, c'est qu'un troisième homme se prépare dans l'ombre. Un adversaire de taille, le roi d'Angleterre Édouard Ier en personne, appelé en médiateur. Lui qui a en partie soumis l'Irlande et le Pays de Galles rêve d'assujettir l'Écosse. Depuis près de deux décennies, il ourdit un plan de conquête inspiré par une très ancienne prophétie censée transfigurer à jamais le visage de l'Angleterre : la prophétie de Merlin... Mais le destin semble en avoir décidé autrement. Au coeur de ces guerres intestines, un jeune noble va s'élever pour défier le plus grand roi d'Angleterre. Son nom est Robert Bruce. Et son histoire commence dans Insurrection.

La chimère d'or des Borgia – Juliette BENZONI

Tandis que le Titanic est en train de sombrer et que la panique règne à bord, une belle jeune fille assassine, pour voler ses bijoux avec une audace incroyable, une richissime passagère : la marquise d'Anguisola, née Belmont. Une femme de chambre, Helen Adler, l'a vue sortir avec son butin mais ne parvient pas à la retrouver. Pas davantage au retour à New York et, pensant que la meurtrière a pu rester parmi les victimes, elle finit par oublier.

Vingt ans plus tard, à Paris, on vend la collection de joyaux Renaissance de Van Tilden, un Américain fortuné qui vient de se suicider dans son château de Touraine. Aldo Morosini a emmené à cette vente un pittoresque client texan, fabuleusement riche, amoureux de Lucrezia Torelli, une cantatrice qui prétend descendre des Borgia et veut qu'on lui retrouve la Chimère d'or de César, qu'on a peu de chances devoir reparaître parce qu'elle appartenait à la marquise d'Anguisola et doit reposer quelque part au fond de l'Atlantique. Or, la vente est interrompue à la demande de John-Augustus Belmont : elle propose deux des joyaux de Mme d'Anguisola, sa tante. Et la Chimère aurait dû y être.

Le lendemain, Helen Adler, devenue la femme de chambre de Pauline Belmont et qui sur un journal a reconnu la meurtrière, est laissée pour morte. C'est le premier sang d'une aventure dramatique, mais d'autres viendront qui pourraient amener Morosini à sa perte.

Corps manquants – Collen McCULLOUGH

1965. Connecticut. Au HUG, centre de recherche neurologique, deux employés découvrent, dans le frigo qui conserve les bêtes de laboratoire avant incinération, un sac contenant un corps sans tête coupé en deux. Chargé de l'affaire, le lieutenant Carmine Delmonico établit rapidement le lien avec d'autres meurtres sadiques doublés de viols. Toutes les victimes - des femmes - ont en commun leur jeune âge, 16 ans à peine, et leur couleur de peau. Alors que l'enquête piétine, la liste des victimes s'allonge. Une seule certitude, le coupable appartient au HUG. La tension monte en ville sous la pression des activistes noirs, convaincus qu'il s'agit de meurtres racistes. Vite, un coupable ! Avant que d'autres corps ne manquent à l'appel...

Douze de trop - Collen McCULLOUGH

Holloman, ville moyenne et plutôt tranquille du Connecticut. Jusqu'à cette journée d'avril 1967, où l'inspecteur Carmine Delmonico recense pas moins de douze cadavres ! Une hécatombe. S'il ne faut que peu de temps à Delmonico et à ses coéquipiers pour résoudre quatre crimes, il leur faudra se montrer plus patients pour les huit restants, d'autant qu'à l'époque n'existent pas encore les méthodes de profiling, les bases de données informatiques et le traçage ADN. Delmonico acquiert rapidement la certitude que tous ces meurtres sont liés. Mais quel lien entre une prostituée, trois serveurs, un PDG de multinationale, une femme jalouse, un étudiant. ? Et, comme pour lui compliquer la tâche, apparaissent agents du FBI et espions du KGB, qui semblent s'intéresser de près à une entreprise d'armement dont le PDG fait justement partie des victimes.

Le potager des malfaiteurs ayant échappé à la pendaison –

Arto PAASILINNA

L'inspecteur principal Jalmari Jyllänketo, la quarantaine sportive, est envoyé par la Sécurité nationale finlandaise dans l'ouest de la Laponie pour y enquêter sur un ancien kolkhoze reconverti en une florissante exploitation agricole spécialisée dans la culture biologique d'herbes aromatiques, de sapins de Noël et de champignons, et objet des plus folles rumeurs.

L'inspecteur, promu contrôleur du ministère de l'Agriculture pour l'occasion, découvre peu à peu que les immenses champignonnières installées au fond d'une ancienne mine de fer sont en réalité un camp de travail forcé où la patronne de l'exploitation, une veuve au caractère bien trempé, séquestre de petits et gros malfrats ayant échappé aux griffes de la justice. Séduit par la philosophie de l'entreprise - et par la fille de la patronne, Sanna -, l'enquêteur s'embarque corps et âme dans cet étrange projet.

Un roman drôle et haletant en forme de réflexion sur l'équité et sur les débordements de la volonté de justice.

Le passager – Jean-Christophe GRANGE

Mathias Freire a une maladie étrange. Il fait des " fugues psychiques ". Sous l'effet du stress, il tourne au coin d'une rue et perd la mémoire. Quand il la retrouve, il est un autre. A son insu, il s'est forgé un nouveau moi, un nouveau passé, un nouveau destin.Quand il saisit sa situation, il est psychiatre à Bordeaux. Pour savoir qui il est vraiment, il n'a qu'une solution : remonter, l'une après l'autre, ses identités précédentes jusqu'à découvrir son moi d'origine. Clochard à Marseille, peintre fou à Nice, faussaire à Paris. Au fil de ses personnages, il va décrypter l'hallucinante vérité.

On plonge en apnée dans ce labyrinthe cauchemardesque où l'auteur continue inlassablement d'ausculter les origines du Mal. Tendue, très documentée, cette traque de l'identité navigue entre psychanalyse et manipulation scientifique à un rythme infernal.

Jamais Grangé n'a été moins sanglant, jamais il n'a été plus angoissant. Probablement son meilleur roman.

D'une porte à l 'autre – Charles AZNAVOUR

«Avez-vous déjà observé une porte ? Il en est des neuves et des anciennes, des légères, des lourdes, des massives, des basses, des gigantesques. Il en est qui claquent, virevoltent, d'autres qui grincent, se referment en silence. Qu'on s'y frotte ou qu'on s'y cogne, notre vie n'a pour but que de les franchir. Certaines nous font entrevoir des joies insensées, et se ferment à nous : ce sont les portes malheurs ; d'autres s'ouvrent avec grâce, nous libèrent : elles sont nos portes bonheurs. Nous avons soudain la clef en main, et découvrons que c'est la clef d'ut, la clef de sol, la clef des songes, la clef des champs...

Mais un jour vient où la vie fout le camp. On met ses pas dans ses propres traces, ce qu'il y avait autrefois de mystérieux derrière le seuil n'a plus de secret pour nous. Alors on se rappelle ce temps béni où l'on enfonçait des portes ouvertes, par simple fierté, et la saveur de ce moment nous assaille comme un doux regret. Car les obstacles se sont enfuis et nous manquent. Verrouillées hier, les portes ont déployé leurs battants, le parcours est tressé de lauriers, semé de roses. C'est qu'il est temps de partir, même si "quitter" n'est pas un mot que l'on aime. J'ai vécu ma vie de seuil en seuil, abandonnant le vestibule de l'ignorance pour pénétrer dans l'antre du savoir, celui des coulisses pour entrer en scène, celui de la pauvreté pour enfin "m'en sortir", jamais satisfait, sans cesse idéaliste, toujours confronté à une porte plus haute, plus épaisse, prétendument infranchissable, et la franchissant. De l'ombre à la lumière, il n'y avait qu'un pas, mais ce pas-là, il a été l'affaire de toute mon existence.»

Charles Aznavour

L'art du bonheur dans un monde incertain –

Le DALAÏ-LAMA et Howard CUTLER

Interrogé par Howard C. Cutler, docteur en médecine, psychiatre et conférencier, Sa Sainteté le Dalaï-Lama répond aux questions directes, précises et sans concession portant sur les rapports entre l'individu et le collectif, l'aliénation sociale, les préjugés, la haine, le racisme, le nationalisme, la violence et le dialogue, le bonheur et les émotions positives. A cette occasion, adoptant une focale plus large que dans ses ouvrages précédents, il évalue les bienfaits de l'empathie et de la compassion dans un champ collectif.S'il déplore l'absence d'un véritable sentiment de communauté humaine et l'érosion de la confiance, le Dalaï-Lama ne limite pas sa pensée à ce constat. Fidèle aux enseignements du bouddhisme, celui qui considère " la perception du bonheur comme un but à notre portée " nous encourage, pour l'atteindre, à le cultiver, " car il profitera alors non seulement à soi-même, mais aussi à la famille, à la collectivité et à la société au sens large ".Soucieux de se rapprocher au plus près des réalités de ce monde troublé, il observe que nos ressemblances l'emportent sur nos différences et nous propose non seulement de méditer sur notre condition d'animaux sociaux, notre interdépendance et nos aspirations fondamentales - le bonheur, l'amour et le refus de la souffrance - , mais aussi de les prendre en compte.Loin des spéculations exclusivement religieuses ou idéologiques, pragmatique, en phase avec son temps et respectueux des peuples et de leurs traditions culturelles, il ne manque jamais d'étayer sa pensée à l'histoire, la science et la sociologie.

Quelques mois après la décision d'abandonner ses fonctions de chef du gouvernement tibétain en exil, que le Dalaï-Lama a prise, la publication de ce livre nous permet de recueillir et de mettre à profit les fruits de ses dernières réflexions.

 

 

La femme au miroir – Eric-Emmanuel SCHMITT

Anne vit à Bruges au temps de la Renaissance, Hanna dans la Vienne impériale de Sigmund Freud, Anny à Hollywood de nos jours. Toutes trois se sentent différentes de leurs contemporaines; refusant le rôle que leur imposent les hommes, elles cherchent à se rendre maîtresses de leur destin. Trois époques, trois femmes: et si c'était la même?

Les souvenirs – David FOENKINOS

" Il pleuvait tellement le jour de la mort de mon grand-père que je ne voyais presque rien. Perdu dans la foule des parapluies, j'ai tenté de trouver un taxi. Je ne savais pas pourquoi je voulais à tout prix me dépêcher, c'était absurde, à quoi cela servait de courir, il était là, il était mort, il allait à coup sûr m'attendre sans bouger. .

Deux jours auparavant, il était encore vivant. J'étais allé le voir à l'hôpital du Kremlin-Bicêtre, avec l'espoir gênant que ce serait la dernière fois. L'espoir que le long calvaire prendrait fin. Je l'ai aidé à boire avec une paille. La moitié de l'eau a coulé le long de son cou et mouillé davantage encore sa blouse, mais à ce moment-là il était bien au-delà de l'inconfort. Il m'a regardé d'un air désemparé, avec sa lucidité des jours valides. C'était sûrement ça le plus violent, de le sentir conscient de son état. Chaque souffle s'annonçait à lui comme une décision insoutenable. Je voulais lui dire que je l'aimais, mais je n'y suis pas parvenu. J'y pense encore à ces mots, et à la pudeur qui m'a retenu dans l'inachèvement sentimental. Une pudeur ridicule en de telles circonstances. Une pudeur impardonnable et irrémédiable. J'ai si souvent été en retard sur les mots que j'aurais voulu dire. Je ne pourrai jamais faire marche arrière vers cette tendresse. Sauf peut-être avec l'écrit, maintenant. Je peux lui dire, là. " David Foenkinos nous offre ici une méditation sensible sur la vieillesse et les maisons de retraite, la difficulté de comprendre ses parents, l'amour conjugal, le désir de créer et la beauté du hasard, au fil d'une histoire simple racontée avec délicatesse, humour, et un art maîtrisé des formules singulières ou poétiques.

L'équation africaine – Yasmina KHADRA

Médecin à Francfort, Kurt Krausmann mène une existence ordinaire, limitée à ses allers-retours entre son cabinet de consultation et son appartement bourgeois. Jusqu'au drame familial qui va le précipiter dans le désespoir. Afin de l'aider à surmonter son chagrin, son meilleur ami, Hans, un riche homme d'affaires versé dans l'humanitaire, lui propose de l'emmener sur son voilier jusqu'aux îles Comores, pour les besoins d'une bonne cause. Au large des côtes somaliennes, leur bateau est assailli par des pirates. Kurt et Hans sont enlevés puis transférés dans un campement clandestin. Dans leur geôle improvisée, se trouve déjà Bruno, un otage français que tout le monde semble avoir oublié, et qui tente péniblement de concilier sa passion pour le continent africain avec l'angoisse de sa captivité. Une détention à l'issue incertaine, des conditions de vie innommables, une promiscuité dangereuse avec des mercenaires sans pitié, c'est le début d'une descente aux enfers dont personne ne sortira indemne. Mais parce que le drame est propice aux revirements de situation, c'est aussi pour Kurt le début d'une grande histoire d'amour. L'amour d'une femme ayant voué sa vie à panser la douleur des réfugiés du Darfour. En nous offrant ce voyage saisissant de réalisme, qui nous transporte, de la Somalie au Soudan, dans une Afrique orientale aux multiples contradictions - tour à tour effrayante, irrationnelle, sage, fière, digne et infiniment courageuse -, Yasmina Khadra confirme une fois encore son immense talent de narrateur. Construit et mené de main de maître, ce roman décrit la lente et irréversible transformation d'un Européen, dont les yeux vont, peu à peu, s'ouvrir à la réalité d'un monde jusqu'alors inconnu de lui. Un hymne à la grandeur d'un continent livré aux pires calamités.

1Q84 – Haruki MURAKAMI

Livre 1 et 2

 

D'interrogation en rebondissement, de flash-back en hésitation morale, d'épisode sexuel en scène de violence, histoire des aventures et des amours d'Aomamé et de Tengo vécues d'avril à septembre 1984. A moins qu'il ne s'agisse de l'année 1Q84 dans un Japon parallèle ? Ou bien les deux à la fois ?

Le septième templier – Éric GIACOMETTY et Jacques RAVENNE

De nos jours à Rome, le Pape Clément XV est mis au courant d'un rapport explosif sur les finances du Vatican. La banque du Saint Siège a été ruinée par un certain Madoff - l'église catholique est en faillite. Tétanisé, il va bénir la foule depuis son balcon, quand un déséquilibré l'abat à bout pourtant.
XIVème siècle. Le roi Philippe le Bel et Guillaume de Nogaret préparent la chute de l'Ordre du Temple, banquier de l'Europe et puissance indépendante des rois et du pape. Des chevaliers de l'Ordre se préparent au pire. Leur objectif est de soustraire le trésor de l'ordre des griffes du roi et du pape?
Dans ce nouvel opus, Antoine Marcas se lance à la recherche du trésor des Templiers à travers la France, s'engageant dans une course contre la montre avec des tueurs énigmatiques. La tour de Chinon, la basilique Saint Denis, la cathédrale Notre Dame? Autant d'étapes clés d'un parcours ésotérique à l'ombre de la croix du Temple pour un trésor inouï, qui recèle peut-être un secret vieux de deux mille ans.

 

 

Tuer le père – Amélie NOTHOMB

"Allez savoir ce qui se passe dans la tête d'un joueur."

Amélie Nothomb est née à Kobé en 1967. Dès son premier roman, Hygiène de l'assassin, paru en 1992, elle s'est imposée comme un écrivain singulier. En 1999, elle obtient avec Stupeur et tremblements le Grand Prix de l'Académie française. Tuer le père est son vingtième roman.